Nos premières propositions sur la sécurité

Pour une approche volontariste, globale et non démagogique de la sécurité et de la tranquillité publiques à Orvault

La sécurité et la tranquillité publiques sont des droits fondamentaux qui ne devraient pas faire l’objet de surenchères, ni dans un sens, ni dans un autre.

Entre un maire et sa première adjointe auto-satisfaits qui considèrent qu’il n’y a pas de problème à Orvault et un adjoint-candidat qui agite cette thématique sécuritaire en faisant croire qu’un adjoint à la sécurité et davantage de policiers municipaux seraient des réponses miracles adaptées, nous proposons une approche volontariste, globale et non démagogique des questions de sécurité et de tranquillité, basée sur le triptyque « prévention, répression, cohésion sociale ».

Nous sommes attentifs à mieux articuler les actions de la police nationale, de la police municipale et des acteurs sociaux (éducateurs, médiateurs ou bailleurs par exemple), et à ne pas entretenir de confusion sur leurs missions respectives.

Parmi nos premières propositions, le recrutement d’éducateurs de prévention spécialisée présents dans la durée, notamment à Plaisance, pour ne pas laisser s’installer la violence et les incivilités, en partenariat avec l’Agence Départementale de la Prévention Spécialisée. Le dispositif actuel des médiateurs ne permet absolument pas de répondre à cet objectif.

Nous suggérons également de mettre en place une collaboration plus étroite avec la direction de l’Établissement Pénitentiaire pour Mineurs, situé sur la commune, dans la définition d’une politique de prévention de la délinquance des mineurs.

Nous prévoyons par ailleurs la mise en place d’un plan de prévention des cambriolages et des abus de confiance, notamment vis-à-vis des seniors vulnérables, en facilitant l’échange d’informations et l’achat groupé d’équipements anti-intrusion.

Enfin, face aux chamailleries de la majorité sur le bilan de la sécurité à Orvault, nous suggérons de ne pas se limiter au nombre de faits rapportés à la police nationale mais de mettre en place de nouveaux indicateurs de satisfaction de la population en matière de sécurité, élaborés conjointement avec des habitants, ce qui serait aussi un moyen de renforcer le dialogue avec les policiers.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *