Archives par mot-clé : transition positive

Une liste qui rassemble des compétences et des expériences complémentaires

Pour télécharger le document qui présente les membres de notre liste, cliquez ICI.

Notre équipe est composée d’Orvaltaises et d’Orvaltais attachés aux valeurs écologistes, humanistes, de la gauche et du centre, indépendamment des partis politiques.

Originaires de tous les quartiers d’Orvault, âgés de 21 ans à 73 ans (moyenne d’âge : 51 ans), les membres de la liste sont représentatifs de notre commune. 80% d’entre eux ne sont adhérents à aucun parti politique.

Notre équipe est issue d’un large rassemblement, comme en témoigne la présence de membres d’EELV, du PS, de l’UDB ou de LREM qui illustrent le socle de nos valeurs. Elle a été rejointe par le collectif citoyen Générations Solidaires.

Elle présente un équilibre entre personnes ayant une expérience d’élus municipaux et celles qui s’engagent en politique pour la première fois. Ainsi, parmi les 10 futurs adjoints et adjointes, 5 sont (ou ont été) conseillers municipaux d’opposition d’Orvault.

La liste rassemble des compétences professionnelles utiles pour la gestion d’une commune. Par exemple, parmi les adjoints et conseillers délégués ou communautaires, Stéphane Kermarrec est directeur comptable et financier de la CAF, Dominique Vignaux gère une agence d’architecture et d’urbanisme, Guillaume Guérineau est chef d’entreprise, Emmanuelle Renaud est cadre de l’action sociale notamment dans l’insertion des personnes en situation de handicap et l’éducation en zone sensible, Laurent Dubost est spécialiste de la question des déchets et de la production d’énergie renouvelable, Anne-Sophie Judalet conseille les collectivités territoriales, et Yann Guillon est enseignant.

De nombreux candidates et candidats de la liste sont par ailleurs des dirigeants d’associations orvaltaises qui agissent dans des domaines variés : associations sportives (football, tennis et badminton), culturelles (bibliothèque, ludothèque et cinéma), solidaires (CSF et ASO), de parents d’élèves (primaire et collège), écologistes (AMAP, jardin en permaculture ou énergies citoyennes) ou centres socioculturels de Plaisance et de la Bugallière.

Voici les 35 membres de notre liste. Davantage d’information sur chacun sera disponible prochainement. En gras est indiqué la délégation qui sera confiée aux 10 adjointes et adjoints et aux 5 conseillères et conseillers délégué.e.s. Les autres élu.e.s s’impliqueront plus particulièrement sur certaines thématiques, dans certains quartiers, ou sur certains projets tout au long du mandat.

  1. Jean-Sébastien Guitton, 44 ans, docteur vétérinaire – chercheur en biodiversité, élu municipal, maire
  2. Anne-Sophie Judalet, 53 ans, cadre territoriale, responsable de la communication, conseillère métropolitaine et déléguée à l’égalité femme/homme, au handicap et à la lutte contre les discriminations
  3. Lionel Audion, 58 ans, maître de conférences à l’Université, élu municipal, adjoint délégué à la jeunesse, à la politique de la ville et à la tranquillité publique
  4. Armelle Chabirand, 55 ans, assistante marketing, élue municipale, adjointe déléguée à la culture
  5. Christophe Angomard, 60 ans, professeur de mathématiques, élu municipal, adjoint délégué au sport
  6. Dominique Vignaux, 57 ans, gérante d’une agence d’architecture et paysage, adjointe déléguée à l’aménagement de la ville et aux mobilités
  7. Stéphane Kermarrec, 48 ans, directeur comptable et financier à la CAF de Loire Atlantique, adjoint délégué aux finances, à l’administration et au personnel
  8. Marie-Paule Gaillochet, 66 ans, retraitée de l’enseignement spécialisé, conseillère départementale, adjointe déléguée à la transition écologique
  9. Laurent Dubost, 63 ans, ingénieur spécialisé dans la gestion des déchets, conseiller métropolitain et délégué à la transition énergétique
  10. Emmanuelle Renaud, 43 ans, cadre de l’action sociale associative, adjointe déléguée à la cohésion sociale
  11. Yann Guillon, 43 ans, professeur des écoles, adjoint délégué à l’enfance et à l’éducation
  12. Brigitte Raimbault, 60 ans, retraitée de l’éducation nationale, élue municipale, adjointe déléguée aux seniors
  13. Guillaume Guérineau, 40 ans, chef d’entreprise, adjoint délégué aux relations avec les citoyens, les associations et les entreprises
  14. Catherine Le Trionnaire, 67 ans, enseignante retraitée du lycée Appert, conseillère déléguée aux associations
  15. Morvan Dupont, 40 ans, agent municipal de Nantes en charge des pratiques sportives libres, conseiller délégué à la diversité linguistique et culturelle et à la coopération internationale
  16. Linda Payet, 37 ans, chargée de relation clientèle en assurances
  17. Vincent Boileau, 51 ans, chargé de projets dans une entreprise de services informatiques, conseiller délégué à la lutte contre la précarité sociale
  18. Léa Bessin, 21 ans, étudiante en école de commerce
  19. Ronan Gilles, 34 ans, informaticien en recherche d’emploi
  20. Stéphanie Bellanger, 45 ans, agent territorial au lycée Nicolas Appert
  21. Pierre Annaix, 64 ans, cadre de la formation, en retraite
  22. Françoise Noblet, 60 ans, aide-soignante en retraite
  23. Dominique Gomez, 51 ans, responsable informatique à la CARSAT
  24. Valérie Dreyfus, 47 ans, entrepreneur, formatrice en économie et gestion
  25. Bernard Paugam, 73 ans, formateur en retraite
  26. Sandrine Brun, 46 ans, secrétaire administrative et comptable
  27. Jean-Yves Roux, 60 ans, professeur certifié à l’Université
  28. Laurence Le Metayer-Morice, 56 ans, ingénieur dans une organisation professionnelle agricole
  29. David Hurtrel, 46 ans, chirurgien-dentiste
  30. Colette Vinet-Pinson, 72 ans, cadre comptable retraitée
  31. Bruno Resano, 51 ans, ingénieur en informatique
  32. Coline Marteret, 22 ans, étudiante en droit et projets internationaux
  33. Damien Malissart, 38 ans, chef de projets informatiques hospitaliers
  34. Marie-Agnès Rahal, 58 ans, professeur des écoles
  35. Gildas Gouronnec, 53 ans, technico-commercial dans les télécommunications

Série de vidéos sur le mandat 2014-2020

Dans cette série de vidéos, publiées régulièrement, nous évoquons certaines des propositions que nous avons faites depuis mars 2014 et certains désaccords que nous avons eus avec la majorité municipale.
A noter : les sous-titres peuvent être activés sur YouTube.

Présentation de la série :

Les trois dernières vidéos :

#10 : politique sociale

#11 : voeux TAFTA et Roms

#12 : habitat partagé

Pour voir l’ensemble des vidéos de la série déjà publiées : cliquez ICI

Musique : Glitch par Audionautix est distribué sous la licence Creative Commons Attribution (https://creativecommons.org/licenses/by/4.0/)

Nos premières propositions sur les transports en commun et le vélo

Rendons le vélo et les transports en commun efficaces et pratiques !

La voiture est un mode de déplacement indispensable dans de nombreuses situations. Mais nous voulons que les transports en commun et le vélo soient, le plus souvent possible, des solutions plus efficaces et plus pratiques que la voiture. C’est notre intérêt à tous car c’est bon pour l’environnement et bon pour la santé, et car cela contribuera à réduire l’engorgement de nos rues et de nos quartiers, notamment aux heures de pointe.

Continuer la lecture de Nos premières propositions sur les transports en commun et le vélo

Prochain apéro 18/20 : vendredi 15 novembre

Chaque mois nous organiserons un apéro « 18/20 » dans un bar de la commune : 2 heures au cours desquelles nous vous proposons de passer nous voir pour échanger de manière conviviale, parler d’Orvault en général ou d’un sujet en particulier…

Prochains rendez-vous :

Vendredi 15 novembre de 18h à 20h au Café Pepone (10 Place de l’Église – Bourg d’Orvault).

Mercredi 11 décembre de 18h à 20h chez La Peau de Vache (8 Rue Aristide et Marguerite Boucicaut – zone de la Conraie).

Vœu de soutien au mouvement des Coquelicots

Communiqué de presse du 1er octobre 2019

Le Maire d’Orvault a proposé au conseil municipal du 30 septembre de voter le vœu de soutien au mouvement des Coquelicots qui avait été adopté en juin à l’unanimité par le conseil métropolitain. Je me suis réjoui de l’unanimité également obtenue lors de ce conseil municipal d’Orvault. La prise de conscience semble progresser : tant mieux !

Trop longtemps, lorsque nous parlions d’accompagner les agriculteurs dans la mutation du modèle agricole intensif, on nous reprochait de les stigmatiser, alors qu’il s’agit au contraire de reconnaître qu’ils en sont souvent victimes et prisonniers et de reconnaitre que nous devons collectivement les accompagner dans cette nécessaire transition vers une agriculture biologique et paysanne. Vers une agriculture qui produit des aliments sains, qui protège l’environnement et les sols et qui permet aux agriculteurs de vivre de leur travail et d’être reconnus pour cela.

Ce vœu ne doit pas rester pieu. Il mentionne que nous nous engageons à protéger les habitants d’Orvault. J’ai proposé au Maire d’Orvault de s’associer à la mobilisation des maires qui prennent des arrêtés pour interdire l’épandage de pesticides à moins de 150 mètres des maisons, afin d’inciter le législateur à se préoccuper de cette question.

Pour agir concrètement, sans attendre une évolution législative et règlementaire, j’ai aussi demandé au Maire d’engager dès que possible un dialogue avec les agriculteurs de la commune pour identifier les habitations qui sont exposées à des épandages de pesticides et pour chercher avec eux des solutions pour réduire cette exposition.

Réponse à l’édito du Maire sur le contournement du Bourg

Communiqué de presse du 1er octobre 2019

Lors du conseil municipal du 30 septembre, j’ai souhaité répondre à l’éditorial du Maire du dernier magazine municipal.

En substance il y accusait les élus écologistes et citoyens de Nantes métropole de dogmatisme parce qu’ils ont voté en faveur du projet de contournement des Sorinières lors du conseil métropolitain de juin mais se sont opposés au projet de contournement du Bourg d’Orvault.

Je lui ai d’abord rappelé que le dogmatisme, ce serait au contraire de voter systématiquement pour – ou systématiquement contre – un contournement routier, sans analyser au cas par cas les situations et résultats des études d’impact. Et qu’il était donc permis de se demander qui faisait preuve de dogmatisme en la matière.

J’ai ensuite expliqué qu’il se trompait en affirmant que les deux contournements routiers étaient équivalents. Il suffit de consulter les deux études d’impact et le bilan de la concertation.

  • Le projet des Sorinières est principalement une requalification de routes existantes quand celui d’Orvault consisterait à en créer de nouvelles et à construire un grand pont au-dessus de la vallée du Cens.
  • Le projet des Sorinières ne provoquera aucune augmentation du trafic routier, quand celui d’Orvault doublerait le nombre de voitures traversant notre commune pour éviter le périphérique. Cela reporterait ce trafic supplémentaire dans d’autres quartiers de la commune et saturerait d’emblée le nouveau pont, provoquant probablement à nouveau un engorgement du Bourg et nous entrainant dans une véritable fuite en avant.
  • Le projet des Sorinières coûtera moins de 15 millions d’euros quand celui d’Orvault pourrait coûter près de 30 millions d’euros.

A la lumière des études d’impact, je pense que ce projet de contournement pose plus de problèmes qu’il n’en résout. Il n’est une bonne solution ni pour les habitants du Bourg, ni pour les autres Orvaltais. D’autres solutions sont préférables pour régler les difficultés actuelles qui sont bien réelles : restriction de circulation en amont du Bourg, développement des transports en commun et mobilités douces, et révision des projets de densification immobilière du Bourg.

Le Maire d’Orvault est le seul à ne pas comprendre, ou à faire semblant de ne pas comprendre, qu’on peut très bien être favorable au projet des Sorinières et opposé à celui d’Orvault, sans qu’il soit nécessaire de s’accuser de dogmatisme. La période électorale n’y est sans doute pas pour rien.